Passer au contenu principal
Recherche

Innovation en matière de sables pétrolifères

D'entrée de jeu, la clé de l'exploitation des sables pétrolifères a été de visualiser, concevoir, mettre à l’essai et commercialiser de nouvelles technologies plus efficaces et écologiques pour produire la ressource.

L'Impériale ne croit certainement pas que les technologies actuelles en matière d’exploitation des sables pétrolifères ne peuvent pas être améliorées. Elles peuvent être améliorées, et elles le seront.

Il est essentiel d’investir dans la recherche et la technologie pour trouver des méthodes plus propres et plus efficaces de développer les sables pétrolifères. Et la clé de l’innovation est d’encourager et d’appuyer la recherche innovatrice.

L'Impériale consacre 80 % de ses dollars de recherche au développement de technologies innovatrices en matière d’exploitation des sables pétrolifères. En plus de la recherche qui est effectuée à notre propre laboratoire de recherche de Calgary, nous commanditons une vaste gamme de programmes de recherche énergétique dans des universités canadiennes et d’autres institutions.

Appuyer la recherche sur les sables pétrolifères

Nous sommes un commanditaire-fondateur du Centre for Oil Sands Innovation (COSI) de l’Université de l’Alberta. Le but de ce centre d’excellence canadien unique est d’effectuer des recherches révolutionnaires afin de trouver des solutions qui permettront de réduire la consommation d’eau et d’énergie, et qui permettront aux activités d'exploitation des sables pétrolifères de laisser une empreinte moins importante. Le portefeuille de recherche du COSI continue à croître et fait maintenant appel aux chercheurs de cinq universités canadiennes qui travaillent sur plus de 20 projets de recherche dans quatre spécialités clés visant l’exploitation responsable des sables pétrolifères de l'Alberta et une meilleure performance environnementale. Depuis 2005, nous avons versé 10 millions de dollars et plus d'un million de dollars en soutien en nature au COSI.

Les projets actuels utilisent plus de 100 chercheurs des Universités de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, de Victoria, d’Ottawa, de Toronto et de l'Université Queen's, et du Conseil national de recherches. En cherchant constamment à exceller dans les projets de recherche du COSI, des contacts ont été établis avec des universités sélectionnées aux États-Unis, en Allemagne et en Australie.

Les chercheurs travaillent sur plusieurs projets de technologie différents, y compris l'extraction sans eau du bitume. Ces projets de recherche pourraient mener à des percées importantes dans les domaines de la récupération du bitume, de la consommation d’eau et de la gestion des résidus. En 2009, nous avons renouvelé notre engagement envers le COSI en annonçant une contribution additionnelle de 10 millions de dollars sur une période de cinq ans.

Nous continuons également à être l'un de plusieurs exploitants de sables pétrolifères qui financent la recherche de pointe menée par le Réseau canadien de recherche et de développement pour les sables pétrolifères (CONRAD). En 2009, nous avons accordé un financement de 550 000 $ à un programme du CONRAD visant la remise en état et la restauration des sites d'exploitation des sables pétrolifères. Depuis 2006, nous avons versé 1,3 million de dollars pour appuyer les projets de recherche du CONRAD.

Explorer de nouvelles technologies de récupération

L'Impériale a mis au point la stimulation par injection cyclique de vapeur (SICV) et la séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur (SGSIV), deux procédés importants pour lesquels elle a obtenu des brevets et qui servent aujourd'hui à récupérer le pétrole lourd. Les scientifiques de notre Centre de recherche de Calgary ont continué d'affiner ces technologies et d’autres technologies pour augmenter les taux de production et réduire les impacts environnementaux.

Nous continuons à développer une nouvelle technologie des solvants appelée LASER (ajout de liquide à la vapeur pour accroître la récupération). La technologie LASER consiste à ajouter une petite quantité de solvant ou de diluant léger à base d'un hydrocarbure à la vapeur qui est ensuite injectée dans le sol pour en extraire le pétrole lourd. L'ajout d'un diluant permet d'augmenter l'extraction d'hydrocarbures des puits arrivés à maturité avec l'injection de la même quantité de vapeur, ce qui offre des avantages environnementaux et économiques.

Nous avons récemment lancé un projet pilote à Cold Lake qui ajoute un solvant aux puits exploités par le biais d'une technique de séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur (SGSIV). En ajoutant un solvant à la vapeur, nous pouvons produire plus de bitume avec la même quantité de vapeur, ce qui permet de réduire la consommation d’énergie et l’intensité des émissions de GES. Cette technologie a le potentiel d'augmenter la quantité d'hydrocarbures récupérable dans certains réservoirs des régions de Cold Lake et de l'Athabasca. L'injection de vapeur est en cours pour les paires de puits du projet. Le projet est appuyé par le Programme de technologies énergétiques novatrices du gouvernement de l'Alberta.

Nous avons lancé un programme d'essai pilote d'une technologie comprenant l'injection de vapeur en continu pour accroître la quantité d'hydrocarbures récupérable vers la fin du cycle de production du champ de Cold Lake. Les résultats ont démontré que la technologie peut améliorer la récupération des ressources et réduire l'intensité des émissions de GES d’environ 30 %. Nous évaluons la possibilité d’utiliser la technologie sur d’autres parties du champ d’exploitation de Cold Lake.

Nous sommes en train de développer un processus d'injection cyclique de solvant (PICS) pour abaisser la viscosité des gisements de bitume et accroître la rentabilité de la récupération. En éliminant l’utilisation de la vapeur pour exploiter les gisements, le processus améliore l'efficacité énergétique.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur nos investissements en recherche et technologie, et sur les progrès de nos initiatives de recherche continues, veuillez lire notre plus récent Rapport sur la mission sociale.

Fermer