Passer au contenu principal
Recherche

Nouvelles

L’Impériale déclare ses résultats financiers et d’exploitation estimatifs du deuxième trimestre

Calgary, le 31 juillet 2015

Les résultats du deuxième trimestre de l’Impériale font preuve d’un robuste rendement d’exploitation à l’échelle de tous ses secteurs d’activités dans un contexte commercial difficile. Parmi les faits saillants du trimestre, mentionnons le démarrage rapide du projet d’expansion de Kearl, la poursuite de l’accélération de la production du projet Nabiye, à Cold Lake, le démarrage du terminal de chargement de wagons-citernes d’Edmonton, la réussite des redressements majeurs à la raffinerie de Sarnia et à Syncrude et les meilleurs revenus trimestriels jamais enregistrés au niveau des activités chimiques.

Le bénéfice du deuxième trimestre s’est établi à 120 M$, ou 0,14 $ par action, et prend en compte des charges nettes, en majorité non-liquides,de 320 M$ (0,38 $ par action) associées à la récente augmentation des impôts sur le revenu de sociétés en Alberta. Les revenus du deuxième trimestre de 2014 comptent un gain de 478 M$ associé à la cession d’actifs de production classiques du secteur Amont.

La production brute s’est établie en moyenne à 344 000 barils d’équivalent pétrole par jour, soit une hausse de 57 000 barils par rapport à la même période de 2014, principalement en raison de l’augmentation de la production de Kearl et de Cold Lake. Ce résultat représente le plus haut niveau de production trimestrielle de l’entreprise en près de huit ans. La production moyenne de Kearl s’est établie à 130 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 92 000 barils) au cours du trimestre, poussée par le démarrage du projet d’expansion en avance de cinq mois et la fiabilité accrue dans le développement initial.

Le débit moyen des raffineries était de 373 000 barils par jour, par rapport à 418 000 barils par jour lors de la période correspondante en 2014, reflétant des activités de redressement prévues à la raffinerie de Sarnia. L’utilisation des capacités, hors redressements, demeure élevée à 97 %.

Les dépenses en immobilisations et frais d’exploration au deuxième trimestre se sont chiffrés à 819 M$, en baisse de 579 M$ par rapport à 2014, alors que les projets d’expansion de Cold Lake Nabiye et de Kearl progressaient vers l’achèvement.

L’Impériale continue de générer des résultats malgré le contexte commercial actuel en ciblant les éléments qu’elle peut contrôler. Plus précisément, nous sommes continuellement en quête d’occasions de rentabilité, nous prenons des décisions d’investissement de manière prudente et nous augmentons la productivité dans tous nos domaines d’activité. Cette approche fondée sur les résultats renforce notre résilience et fait en sorte que la société demeure bien positionnée tout au long du cycle des prix des matières premières. Avant tout, notre priorité demeure d’offrir de la valeur actionnariale supérieure à long terme, quelle que soit la conjoncture commerciale.

Cliquer ici pour lire nos résultats estimatifs financiers et d'exploitation.

Même après plus d'un siècle d'existence, l'Impériale demeure un acteur majeur dans la promotion de la technologie et de l'innovation visant à mettre en valeur les ressources énergétiques du Canada de façon respectueuse. Principal raffineur de produits pétroliers du Canada, producteur incontournable de pétrole brut et de gaz naturel, producteur clé de produits pétrochimiques et chef de file dans la distribution de carburant à l'échelle du pays, notre compagnie continue de viser les normes les plus élevées qui soient, et ce, dans tous les secteurs d'activité.

Fermer