Passer au contenu principal
Recherche

Nouvelles

Vendredi 28 Avril 2017  

L’Impériale communique ses résultats financiers et d’exploitation du premier trimestre 2017

Calgary, le 28 april, 2017

  • Bénéfice de 333 millions $, en augmentation de 434 millions $ par rapport à la même période de 2016
  • Ventes soutenues de produits pétroliers stimulées par des ententes d'approvisionnement à long terme de grande valeur
  • Production du secteur Amont affectée par un incendie dans l’unité de valorisation de Syncrude à Mildred Lake
Premier trimestre
(en millions de dollars, sauf indication contraire) 2017 2016 %
Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis) 333 (101) 430
Bénéfice (perte) net par action ordinaire
- compte tenu d'une dilution (en dollars)
0,39 (0,12) 430
Dépenses en immobilisations et frais d'exploration 153 408 (63)

Les gains estimés du premier trimestre 2017 étaient de 333 millions $, en augmentation de 434 millions $ comparativement à la perte nette de 101 millions $ pour la même période de 2016. La performance trimestrielle reflète la hausse du prix du brut dans le monde et une plus-value de 151 millions $ réalisée sur la vente d’une immobilisation corporelle excédentaire.

« Après une année qui a éprouvé la résilience de notre compagnie et de l’industrie en général, nos résultats du premier trimestre attestent de la solidité de notre personnel, de la qualité de nos actifs et de la valeur de notre modèle de gestion intégré »,  a déclaré Rich Kruger, président et chef de la direction « Nous sommes bien positionnés pour faire face à la concurrence tout au long du cycle des affaires. »

Le trimestre a été marqué par les efforts faits pour profiter des avantages de l’intégration et faire preuve de discipline en matière d’investissements et de dépenses d’exploitation. L’engagement de la compagnie en matière d’intégrité opérationnelle a été attesté par sa performance environnementale exceptionnelle, l’absence de déversements justifiant une déclaration et d’incidents de conformité.

L’activité Aval de l’Impériale a continué d’afficher des résultats solides. Les ventes de produits pétroliers ont augmenté par rapport à la même période de 2016, grâce à la concentration stratégique de la compagnie sur la signature d'ententes d'approvisionnement à long terme et l'établissement de relations privilégiées avec les clients. La compagnie a en outre lancé une application Speedpass+™ pour les stations-service Esso. Le déploiement de la technologie fait de l’Impériale le premier détaillant de carburant au Canada à offrir une option de paiement mobile à la pompe et profitera de la préférence croissante pour une expérience de consommation numérique.

En avril, l’Impériale a annoncé son intention d’introduire la marque Mobil au Canada par la conversion de plus de 200 stations-service de tiers sans marque existantes.

« L'ajout de la marque Mobil à l’offre de carburant au Canada constitue un catalyseur supplémentaire de l’expansion de l’activité de gros de l’Impériale au-delà du réseau Esso, déjà largement établi », a ajouté M. Kruger.

L’Impériale maintient comme priorités la sécurité, la fiabilité, l’intégrité opérationnelle et la rentabilité. La compagnie entend continuer à dégager de la valeur par la qualité de ses actifs, tout en poursuivant avec prudence les nouvelles occasions d'améliorer la valeur actionnariale.

Faits saillants du premier trimester

  • Le bénéfice net a été de 333 M$, ou 0,39 $ par action, sur une base diluée, en hausse de 434 M$ par rapport à la perte nette de 101 M$, ou (0,12) $ par action, au premier trimestre de 2016.
  • La production s’est établie en moyenne à 378 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour, contre 421 000 barils par jour au cours de la même période en 2016. La production a été affectée par un incendie survenu mi-mars dans l’unité de valorisation de Syncrude à Mildred Lake, qui devrait reprendre son activité progressivement entre mai et juin. La production de 182 000 barils par jour (part de l’Impériale : 129 000 barils) de Kearl représente la troisième augmentation trimestrielle consécutive après les incendies qui ont embrasé l’Alberta au deuxième trimestre 2016. La compagnie est en train de développer un plan complet dans le but d'améliorer la fiabilité et d'atteindre les niveaux de production ciblés pour Kearl.
  • Le débit moyen des raffineries a été de 398 000 barils par jour et l’utilisation de la capacité de raffinage a été de 94 %, ces résultats étant inchangés par rapport à la même période de 2016.
  • Les ventes de produits pétroliers ont été de 486 000 barils par jour, en hausse par rapport à 469 000 barils par jour au premier trimestre de 2016. La croissance des ventes est attribuable à l’accent mis par la compagnie sur l’établissement d’ententes d'approvisionnement à long terme et représente le plus important volume de ventes du premier trimestre depuis plusieurs décennies.
  • Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 354 M$, en hausse de 305 M$ par rapport au premier trimestre de 2016.
  • Les dépenses en immobilisations et frais d’exploration ont totalisé 153 M$, soit une baisse de 255 M$ par rapport au premier trimestre de 2016.
  • L'achèvement de la vente de l’ancienne zone de raffinage de Mississauga, dans l’Ontario, pour une mise en valeur privée, a dégagé un bénéfice après impôt de 151 M$. La vente reflète l’engagement de l’Impériale à se défaire de manière responsable des biens fonciers excédentaires en vue de leur conversion.
  • Achèvement de l’évaluation d’impact environnemental du projet d’expansion de Cold Lake. Début mars, l’organisme de réglementation de l’énergie en Alberta a adressé à l’Impériale une notification indiquant qu’elle considérait comme achevée l’évaluation de l’impact environnemental du projet dans le cadre d’un examen réglementaire continu. Les 50 000 barils par jour proposés in situ utiliseront une technologie exclusive qui devrait réduire de 25 % l’intensité des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux méthodes existantes de séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur. Aucune décision définitive d'investissement n'a été prise à ce jour.
  • Lancement de l’app Speedpass+, qui fait de l’Impériale le premier détaillant de carburants majeur à offrir une option de paiement mobile à la pompe au Canada. Elle permet de payer rapidement et facilement les achats de carburant et le lavage de véhicule dans les stations à la marque Esso, et combine commodité pour le client et primes de fidélité. L'app Speedpass+ exploite la forte pénétration des smartphones au Canada et l’utilisation de plus en plus répandue des systèmes de paiement mobile.
  • Pas d’incident environnemental justifiant une déclaration ni d'incident de conformité, ce qui représente un excellent début 2017 et démontre l’engagement de l’Impériale en faveur de l’intégrité opérationnelle. La compagnie a accompli son meilleur rendement en matière de sécurité et d'environnement à vie en 2016.
  • Un don pour soutenir les jeunes affectés par les incendies en Alberta. L’Impériale a collaboré avec l’Arrondissement des écoles publiques de Fort McMurray et l’Association canadienne pour la santé mentale de Wood Buffalo pour financer Heart Math, un outil numérique d'évaluation des niveaux de stress et d'anxiété. Heart Math utilise des capteurs pour détecter le rythme cardiaque et identifier des techniques de gestion, notamment des exercices respiratoires, afin d'aider les étudiants qui connaissent stress et anxiété.
  • Don d’une œuvre de Lawren S. Harris au Musée des beaux-arts du Canada. Pour marquer le  cent-cinquantenaire du Canada, le Musée des beaux-arts du Canada a reçu cinq œuvres provenant de la collection de l’Impériale, dont Billboard (Jazz), une peinture rare de la célèbre artiste du Groupe des Sept. La donation artistique comprend 43 pièces au total, offertes à 15 musées publics et privés sur le territoire national, pour une valeur estimée à 6 M$.

Comparaison des premiers trimestres de 2017 et de 2016

Le bénéfice net de la compagnie au premier trimestre de 2017 a été de 333 M$ ou 0,39 $ par action sur une base diluée, soit une augmentation de 434 M$ comparativement à la perte nette de 101 M$ ou (0,12) $ par action pour la même période de l’année dernière.
 
Le secteur Amont a enregistré une perte nette de 86 M$ au cours du premier trimestre, contre une perte nette de 448 M$ pour la même période en 2016. Les bénéfices du premier trimestre 2017 reflètent l’incidence de l’augmentation des prix touchés sur les ventes de pétrole brut canadien, de 600 M$ environ, compensée en partie par la progression des redevances, pour environ 80 M$, la baisse des volumes, pour environ 70 M$ et l'augmentation des charges d’exploitation, à hauteur de 50 M$ environ, principalement du fait de coûts d'énergie plus élevés.

West Texas Intermediate (WTI) s’est établi en moyenne à 51,78 USD par baril au premier trimestre de 2017, une hausse par rapport à 33,63 USD par baril au cours du même trimestre de 2016. Western Canada Select (WCS) s'est établi en moyenne à 37,26 USD par baril, contre 19,30 USD par baril pour les mêmes périodes. Le différentiel entre WTI et WCS s’est creusé à 28 % au premier trimestre de 2017, comparativement à 43 % pour la même période en 2016.

Le dollar canadien valait en moyenne 0,76 USD au premier trimestre 2017, soit une progression de 0,03 USD par rapport au premier trimestre 2016.
 
Les réalisations moyennes de l’Impériale en dollars canadiens pour le bitume et le pétrole brut synthétique ont augmenté de manière essentiellement conforme aux références nord-américaines, ajustées en fonction des variations du taux de change et des coûts du transport. Le prix moyen obtenu pour le bitume s’est élevé à 36,21 $ par baril pour le premier trimestre de 2017, soit une augmentation de 24,29 $ par baril par rapport au premier trimestre de 2016. Le prix moyen obtenu pour le pétrole brut synthétique était de 67,79 $ par baril, soit une augmentation de 21,47 $ pour la même période en 2016.

La production brute de bitume de Cold Lake s’est élevée en moyenne à 158 000 barils par jour au premier trimestre, par rapport à 165 000 barils par jour pour la même période de l’exercice précédent, principalement en raison de la cadence des cycles à vapeur. 

La production moyenne brute de bitume à Kearl s’est établie à 182 000 barils par jour au cours du premier trimestre (la part de l’Impériale se chiffrant à 129 000 barils), contre 194 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 138 000 barils) lors du premier trimestre de 2016. La baisse de production était le résultat d’activités de maintenance prévues et imprévues.

La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude s'est élevée à 66 000 barils par jour, contre 80 000 barils par jour au premier trimestre de 2016. La production de Syncrude a baissé d’environ 14 000 barils par jour, principalement en raison d’un incendie à l’unité de valorisation de Syncrude à Mildred Lake.

Les revenus nets du secteur Aval étaient de 380 M$ au premier trimestre, contre 320 M$ pour la même période en 2016. Les résultats ont progressé principalement grâce à une plus-value de 151 M$ dégagée par la vente d’une immobilisation corporelle excédentaire, partiellement absorbée par la baisse d’environ 60 M$ des marges de commercialisation.

 Le débit moyen des raffineries était de 398 000 barils par jour, sans changement par rapport à la période correspondante en 2016. 

Les ventes de produits pétroliers ont été de 486 000 barils par jour, en hausse par rapport à 469 000 barils par jour au premier trimestre de 2016. La croissance des ventes est principalement attribuable à l’accent mis par la compagnie sur la signature d’ententes d’approvisionnement à long terme.

Les revenus nets du secteur Produits chimiques étaient de 45 M$ au premier trimestre, contre 49 M$ pour le même trimestre en 2016.
 
Dans le calcul du bénéfice net, les comptes de compagnie et non sectoriels ont affiché un solde négatif de 6 M$ au premier trimestre, comparativement à un solde négatif de 22 M$ pour la période correspondante de 2016.

Les flux de trésorerie générés par les activités d'exploitation se sont élevés à 354 M$ au premier trimestre, contre 49 M$ pour la période correspondante de 2016, en raison de résultats plus élevés.

Les activités d'investissement ont donné lieu à des entrées nettes de 61 M$ au premier trimestre, comparativement à 358 M$ au cours de la période correspondante de 2016, représentant la baisse des acquisitions d'immobilisations corporelles et la hausse du produit des cessions d'actifs.
 
Les liquidités affectées aux activités de financement étaient de 134 M$ au cours du premier trimestre, contre 261 M$ de liquidités dégagées par les activités de financement au cours du premier trimestre de 2016. Les dividendes payés au cours du premier trimestre de 2017 s'élevaient à 127 M$. Les dividendes par action versés au premier trimestre se sont élevés à 0,15 $ comparativement à 0,14 $ pour la période correspondante de 2016.

Le solde de trésorerie s'élevait à 672 M$ au 31 mars 2017, comparativement à 155 M$ à la fin du premier trimestre 2016.

Des données financières et d’exploitation clés suivent.

Énoncés prévisionnels

Les énoncés contenus dans le présent rapport qui sont liés à des situations ou des événements futurs y compris les prévisions, les objectifs, les attentes, les estimations et les plans d’affaires sont des énoncés prévisionnels. Les futurs résultats financiers et d’exploitation réels, y compris la croissance de la demande et la combinaison de sources énergétiques; la croissance et la répartition de la production; les plans, les dates, les coûts et les capacités des projets; les taux de production; la durée de production et la récupération des ressources; les économies de coûts; les ventes de produits; les sources de financement; et les dépenses reliées aux immobilisations et à l’environnement sont susceptibles d’être substantiellement différents en raison d’un certain nombre de facteurs, comme les fluctuations de l’offre et de la demande de pétrole brut, de gaz naturel et de produits pétroliers et pétrochimiques, et des prix et des impacts des marges qui en découlent; les restrictions en matière de transport pour accéder aux marchés, les évènements politiques ou l’évolution de la réglementation, y compris des changements apportés aux lois et aux politiques gouvernementales; les taux de redevance applicables et les lois fiscales; l’obtention en temps opportun de l’approbation des organismes de réglementation et de tierces parties; l’opposition de tiers à des opérations et projets; les risques environnementaux inhérents aux activités d’exploration et de production pétrolière et gazière; la réglementation environnementale, y compris les restrictions en matière de changements climatiques et d’émissions de gaz à effet de serre; les taux de change; la disponibilité et l’allocation de capitaux; le rendement de tiers fournisseurs de services; les interruptions opérationnelles imprévues; l’efficacité de gestion, les négociations commerciales, la gestion de projet et des échéanciers; les développements technologiques inattendus; les dangers et risques opérationnels; la planification préalable aux catastrophes ; la capacité de développer ou d’acquérir de nouvelles réserves; et d’autres facteurs analysés sous la rubrique 1A du formulaire 10-K le plus récent de l’Impériale. Les énoncés prévisionnels ne garantissent pas le rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, qui sont parfois similaires à ceux d’autres entreprises pétrolières et gazières, parfois exclusifs à l’Impériale. Les résultats réels de l’Impériale peuvent être sensiblement différents des résultats implicites ou explicites selon les énoncés prévisionnels, et les lecteurs sont priés de ne pas s’y fier aveuglément. L’Impériale ne s’engage aucunement à publier une mise à jour de toute révision des prévisions contenues aux présentes, sauf si la loi l’exige.

Le terme « projet » tel qu’il est utilisé dans ce rapport peut renvoyer à toute une gamme d’activités différentes et n’a pas nécessairement le même sens que celui qu’on lui donne dans les rapports sur la transparence des paiements au gouvernement.

Après plus d’un siècle, l’Impériale reste un meneur de l’industrie en appliquant la technologie et l’innovation pour développer les ressources énergétiques canadiennes de manière responsable. En tant que principal raffineur de pétrole, important producteur de pétrole brut et de gaz naturel, un producteur pétrochimique clé et principal distributeur de combustibles du Canada, notre compagnie s’engage à respecter des normes élevées dans tous ses secteurs.

Fermer